econde journée de Promotion Honneur, onzième journée de Promotion Honneur, Finale de Promotion Honneur, 1/8ème de finale de Championnatde France de Promotion Honneur et toujours le même adversaire ! Soyons honnête : à la lecture du tableau des oppositions, il était possibleque le 1/8ème de finale soit un remake de la finale de Côte d’Argent. Les joueurs étaient partagés entre la possibilité d’une revanche etl’occasion perdue de rencontrer un club de sauvages béarnais, d’irascibles bretons, de fougueux auvergnats, voire même de bobosparisiens. Cela sera donc pour une autre fois ! Depuis le retour des Landes, l’objectif a été surtout la récupération (si le jeu n’est pasen place au 27 mai, faut changer d’entraineurs !), les soins et la méditation transcendantale. Tout cela n’a pas suffi à sauver le soldatPicot, qui doit laisser sa place la mort d’en l’âme à un Nico Carré affuté comme jamais. Nico Zapico, lui, est tout frais (quoique…)démoulé de l’avion qui le ramène de Lyon. À part Mika au talon, la compo inspire confiance :

1 : Léon F. - 2 : Rigal M. - 3 : Carré N.
4 : Pocq D. - 5 : Morant M.
6 : Michel A. - 7 : Jimenez V. - 8 : Ledan JM
9 : Moreira P. - 10 : Fourton R. (cap)
11 : Paulin Y. - 12 : Vally J. - 13 : Forgues J. - 14 : Pourtuguez D - 15 : Maura A.
16 : Roux A.  - 17 : Manente V. - 18 : Dubreuilh A. - 19 : Zapico N. - 20 : Fouquet A.  - 21 : Bonnefond T. - 22 : Viescou L.

C’est donc le Rugby Club Villenavais de notre copain Christian Lailheugue, qui a eu la charge d’accueillir cette belle affiche. Letrésorier du club a la banane, devant l’affluence et le stade rempli jusqu’à la gueule. Les grêlons gros comme des melons charentaiscultivés dans la Drôme sont de l’Histoire ancienne, le temps est un peu couvert, Éric aussi, l’on peut commencer.
Avec le recul, l’on peut dire que ce match est quasiment un copié-collé de la finale du mois dernier ! Pendant 30 minutes les vagues bleuesfont déferlées et se briser sur une défense hermétique. Cestas produit du jeu, St André subit. Sans craquer. Pour une fois que les Cubzaguaisont le ballon, un ballon tapé par-dessus et poussé au pied, fini dans notre en-but et leur centre est le plus prompt à aplatir ! L’essai esttransformé : St André-de-Cubzac 7 / 0 Cestas.
5 minutes plus tard, St André est en infériorité numérique, suite à un carton jaune. Benji ne convertit pas la pénalité. 40ème minute, Lecentre adverse qui doit avoir des choses à se faire pardonner, claque un drop magistral : St André-de-Cubzac 10 / 0 Cestas.
A chaque fois, qu’ils sont venus dans notre moitié de terrain, ils ont scorés ! C’est la mi-temps. La trop petite buvette est prise d’assautsous l’œil goguenard d’un Sylvain Desvergnes sirotant sa cure détox.
Bon allez, 10/0 ce n’est évidemment pas l’idéal, mais comme le veut la formule consacrée : " Il y a la place ".
Les cestadais repartent sur le même rythme mais avec aussi peu de résultats qu’en première mi-temps. 45ème minute, Benj passe à son tourun drop : St André-de-Cubzac 10 / 3 Cestas.
St André joue à l’économie et veut surtout se mettre à l’abri d’un contre. 55ème minute, l’arrière adverse rate une pénalité, Benji luipasse la sienne : St André-de-Cubzac 10 / 6 Cestas.
Nouvelle exclusion pour un joueur Cubzaguais, mais cette infériorité n’est pas traduite au tableau d’affichage. 70ème minute, Benji passe lapénalité qui nous ramène à 1 point : St André-de-Cubzac 10 / 9 Cestas.
Rappelez-vous : le score de la finale ! Les joueurs commencent à avoir " le capot ouvert ". Comme le mois dernier, les noirs enchainent lesfautes. 78ème minute, nouvelle pénalité pour Cestas. Benji s’applique, mais le ballon choisit le mauvais côté du poteau ! La tension est à soncomble et il ne reste qu’une poignée de minutes à jouer. Les riverains de l’A10 sentent le souffle chaud des cestadais dans leurs cous ! Lesbleus jettent toutes leurs forces dans des affrontements titanesques et des courses effrénées, mais rien n’y fait et pire commettent unedernière faute, sanctionnée par l’artilleur adverse : St André-de-Cubzac 13 / 9 Cestas.
Le dernier trille arbitral sonne la fin du match. Bis repetita, des bleus et des regrets.
Notre parcours en Championnat de France est moins réussi qu’il y a deux saisons, mais plus abouti que la saison dernière ! L’on se consolecomme l’on peut. Mais arrêtons de faire la fine bouche ! Invincibilité en phases de poule, une finale, une montée pour l’équipe fanion et un1/8ème en championnat de France. Une défaite en championnat et une finale pour la Réserve, c’est quand même une saison exceptionnelle !Alors pourquoi cette amertume dans la bouche ? Certainement le goût de la compétition et la soif de vaincre. À moins que cela soit un excès debière…
La saison est donc officiellement finie, les épouses et copines vont donc devoir se fader leurs hommes jusqu’à la mi-août, mais avant detirer le rideau, quatre derniers rendez-vous :
-La finale du Championnat de France des Comités U26, le 3 juin, avec nos 5 mousquetaires : Corentin, Louis, Thibaud, Victor & Victor.
-Le tournoi de Touch-rugby, le 9 juin
-La soirée " La Playa " (si vous voulez voir Benji avec des palmes…) après le tournoi
-Et le voyage à Palma-de-Majorque, du 14 au 18 juin. Ames sensibles, s’abstenir…

La saison prochaine, une nouvelle aventure en élite régionale, des résumés de matchs " cousus main ", des victoires (beaucoup), desdéfaites (un peu), des absents, des nouvelles têtes, mais toujours, toujours, beaucoup d’amour…

Bon les gars…
-Record d’affluence : Le choc des deux meilleures équipes de Promotion de Côte d’Argent, a attiré beaucoup de spectateurs dont la queues’étirait sur le trottoir devant le stade !
-Favoritisme : Sur le tableau d’affichage : Cestas / Visiteurs…
-Croix de bois, croix de fer : Dans le cadre du jumelage avec Rabastens, les Bigourdans nous avaient envoyé deux de leur pluséminents supporters. (Ou alors ils voulaient s’en débarrasser, le temps d’un week-end…) Hugo (accessoirement, cousin de Juju) et Thibaud sesont bien intégrés dans le groupe (Grace à Dieu, Florian était indisponible!), mais les fourbes ont couché quelques cestadais,dimanche soir ! La bise les poulets.
-OBNI : La fine équipe Rabastinoise avait emmené leur monstre à 14 trompes qui en avait surpris plus d’un à Montfort, pour le confier à unUlysse aux anges. Devant l’interdiction d’entrée par des officiels raides comme la justice à deux vitesses, la bête est passée par-dessusle mur d’enceinte… (OBNI : Objet Bruyant Non Identifié)
-Plan Vigipirate Rouge Renforcé : Interdiction également pour la bouteille de vin offerte à l’adversaire ! Jean a dû négocier ferme pourqu’elle puisse atteindre notre capitaine bien-aimé. C’est parfois du grand n’importe quoi !
-Complaisance : Beaucoup moins de difficultés, par contre, pour le président d’en face, de faire ce qu’il voulait, quand il le voulait !
-Superman : Mine de rien, Jean-Marie a joué avec une côte cassée. Devant cet acte héroïque les Présidents vont demander sa naturalisation française !
-Surveillance : En plus de faire la feuille de mouvements, Jean-Noël a dû faire la police auprès du directeur de match, pour qu’il n’y est que les personnes autorisées sur le banc de touche adverse !
-Spécialiste : Sentence lâchée par le chauffeur de bus de St André (si, si, il y avait un bus !) : " Cestas, ils n’étaient pas venus pour gagner " Champion, le type !
-Retrouvailles : Sergio était tout ému de retrouver un ancien équipier de Mérignac du temps où les ballons étaient en cuir et les chaussures à crampons de 28, montantes !

Pour finir, je citerais Diégo De la Véga : " Son nom, il le signe à la pointe de son stylo, d’un W qui veut dire Wilfried "
Vivement la saison prochaine.

De notre envoyé spécial : Wilfried LangDePute

Note du traducteur : Cette œuvre étant de pure fiction, toutes ressemblances avec des personnes ou des faits existants ne sauraientêtre que fortuites.